« Hors-saison » Audrey Bertschy

« Hors-saison » d’Audrey Bertschy

Le 20 février 2016, j’officiais pour ma première cérémonie de funérailles ! Trois ans plus tard, je retrouve Audrey au salon du livre romand à Fribourg. Quelle joie de la voir si épanouie. Elle vient de publier un livre avec les mots couchés sur papier depuis la nuit du drame… Un touchant récit qui relate sa descente en eaux troubles…
Avec son accord, je vais vous partager quelques extraits :

« Au petit matin du 16 février 2016, tu es mort. Le lien qui nous unissait a brutalement été rompu par le froid de l’hiver. Durant cette première nuit d’insomnie, j’ai commencé à écrire, parce qu’il fallait faire quelque chose, quelque chose d’autre que de penser aux lendemains qui surgiraient désormais sans toi… »

« … Un énième appel passé à ton numéro. Même si je n’ai plus toute ma tête, je sais que je vais tomber sur ton répondeur. Je vais écouter ta voix, décomposer chaque syllabe, en les répétant dans ma tête après toi, pour ne pas oublier ce timbre qui remplissait notre maison. En espérant surtout que tu me répondes, mais à qui pourrais-je avouer cela ? Depuis quand passe-t-on un coup de fil dans l’au-delà à trente et un ans en étant persuadée que quelqu’un va répondre ?… »

« … J’ai lu et relu des dizaines de fois les étapes du deuil, je sais que la colère en fait partie. Le choc, le déni, la colère, le marchandage, la tristesse, la résignation, l’acceptation et, pour finir, la reconstruction. Est-ce possible de les vivre toutes en même temps ? De vivre une illusion dans un état léthargique permanent, de rester des heures couchée sur le lit en sentant tes habits… Si on ne peut pas vivre toutes ces étapes en même temps, je crois qu’il va falloir en ajouter une aux possibles : la folie… »

« …Que vais-je devenir maintenant ? J’aimerais tant la retrouver la femme d’avant… Je me dis juste que j’aimerais retrouver cette femme qui vivait dans mon corps avant ton décès… »

« …Toutes ces premières fois sans toi sont encore plus troublantes que l’annonce de ta mort… J’en viens à parler avec le vide qui m’entoure pour te faire partager toutes ces choses que tu ne verras finalement jamais… »

« …J’ai dû réapprendre les gestes les plus ordinaires : prendre une douche, être polie, me brosser les dents, faire à manger. Ces gestes bêtes, simplissimes, ont été pour moi une réelle épreuve à passer. Comment ai-je pu tomber aussi bas ?… »

« … Neuf mois. C’est fragile encore, j’avance doucement, en posant un pas après l’autre, comme un funambule qui apprend un nouveau numéro. La corde est tremblante, le vide me donne le vertige et l’arrivée me semble à perte de vue… »

Extraits de « Hors-saison » d’Audrey Bertschy , éd. Faim de Siècle, 2019

L’écriture est thérapeutique car elle permet de mettre des mots sur nos maux. Audrey l’a fait avec sincérité et simplicité, sans chercher à faire de son compagnon une icône mais pour se permettre de continuer son chemin de vie en offrant ce témoignage en héritage à leur fils qui n’avait que quelques mois au moment du drame.
J’invite vivement toutes les personnes touchées par la perte de l’homme ou la femme de sa vie à le lire. Peut-être qu’il vous donnera aussi envie de vous lancer dans l’écriture même sans être publié car la mise sur papier de nos émotions et de nos ressentis sont profondément libérateurs…

Bien à vous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *